Vers une protection de la dénomination du Cuir ?

Avant la rentrée, Monsieur le Ministre de l’Économie et des Finances Bruno Lemaire, a été alerté par le Conseil National du Cuir afin de demander à la Commission Européenne d’élaborer un projet de directive pour protéger la dénomination du mot « cuir ».

Comme vous l’avez remarqué, dans nos boutiques en France et à l’étranger, beaucoup de nouvelles matières utilisent le terme de « cuir », certaines sont issues de matières synthétiques quand d’autres le sont avec des matière dites alternatives.

Par exemple : cuir d’ananas, cuir vegan, cuir de champignon, cuir de bois, éco-cuir, simili cuir, cuir de synthèse, fruit leather, flyleather etc…

Répondant certes à la demande croissante et la volonté de réduire les « dîtes » souffrances animales, cela met à mal les artisans du cuir français et même au delà, cela nuit à la filière. La désignation du cuir ne concerne officiellement en France que les matières issues de la peau de l’animal . Cuir de veau, vachette, crocodile, alligator & cie, du bracelet de montre en passant par les chaussures, les sacs jusqu’aux vestes et aux canapés.


L’appellation du mot cuir est encadrée par le décret 2010-29 du 8 janvier 2010 qui précise les appellations propres au cuir (cuir, croûte de cuir, refente de cuir…) et qui indique que le « cuir » concerne uniquement la matière issue de la peau animale, transformée ensuite pour être rendue imputrescible. L’application de ce décret est loin d’être respectée en Europe et en France.


Le Conseil National du Cuir souhaite lutter à l’échelon européen et national contre l’utilisation erronée ou frauduleuse du mot cuir. Son but est à la fois d’informer correctement le consommateur en évitant qu’il ne soit trompé sur la matière et de protéger l’industrie du cuir d’une concurrence déloyale.

C’est pourquoi, le Conseil National du Cuir a demandé en juin dernier au Ministre de l’Economie et des Finances de prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à cette situation préjudiciable pour le consommateur et l’industrie du cuir.

Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances, vient de répondre au Président du Conseil National du Cuir, Frank Boehly,  par une lettre du 29 août en l’informant que les services des Ministères des Finances et de l’Agriculture et de l’Alimentation ont demandé à la Commission Européenne «  d’une part, l’impérative et l’urgente nécessité de mettre en place des mesures appropriées pour garantir aux produits qui circulent sur le marché intérieur un correct étiquetage et que la dénomination cuir ne figure que sur des produits d’origine animale et d’autre part, d’élaborer avec les Etats-membres un projet de directive relative à une définition harmonisée du terme « cuir » et des conditions d’emploi de cette dénomination dans l’objectif de permettre une compétition loyale entre opérateurs économiques et un choix éclairé des consommateurs. »

Frank Boehly, Président du Conseil National du Cuir : « Les acteurs de la Filière Française du Cuir se félicitent de l’initiative du Ministre de l’Economie et des Finances et souhaitent que sa demande de protéger la dénomination cuir soit entendue à Bruxelles et suivie d’effets. »

Du coté de la rédaction, nous avons hâte de voir comment les choses vont évoluer car au delà des matières et des coûts de production, ce problème de respect de la dénomination fait qu’une partie des consommateurs se font également avoir sur le prix et entraine une certaine concurrence déloyale même au niveau des métiers d’Art.


Thomas Bergen