Du 22 janvier au 18 mars 2018, la boutique Van Cleef & Arpels du 20, place Vendôme inaugure une exposition consacrée aux accessoires féminins. Dans le Salon Patrimoine, les pièces de joaillerie cèdent la place à une cinquantaine d’objets créés entre les années 1920 et le début des années 1970. Conservés par la Maison, vanity-cases, Minaudières™, peignes, briquets, sacs du soir, poudriers, porte-cigarettes donnent à voir une autre facette de la création Van Cleef & Arpels.

Un peu de Culture Luxe 

À partir des années 1920, la Maison se distingue par la création de nécessaires que l’on nomme aussi boîtes à vanités – baptisées vanity-case par les Américains. Celles-ci abritent un miroir et un tube de rouge à lèvres, ainsi qu’un poudrier en format miniature. À la même époque, l’industrie des cosmétiques se développe : Helena Rubinstein ouvre son salon à Paris et Rouge Baiser lance son premier rouge à lèvres. Le vanity-case accompagne l’émancipation des femmes : en robe Charleston, elles portent les cheveux courts et commencent à se maquiller.

En 1933, Van Cleef & Arpels perfectionne ces nécessaires en inventant la Minaudière, aujourd’hui mise à l’honneur par l’exposition. Cette création est née sous l’impulsion de Charles Arpels, l’un des frères fondateurs de la Maison, surpris de voir Florence Jay Gould glisser ses accessoires dans une simple boîte en fer blanc. Plus grande et plus sophistiquée que le vanity-case, la Minaudière comprend des compartiments fixes destinés à recevoir mouchoir, tube de rouge à lèvres, fard à paupières, fume-cigarette, montre, carnet de bal, peigne, poudrier, boîte à bonbons ou à pilules. L’extérieur fait souvent l’objet d’un soin particulier.

Le soir, les élégantes portent leur Minaudière à la main comme une pochette. D’une grande sobriété ou laquée, émaillée, ornée de marqueterie de nacre, cette création peut également être utilisée le jour, glissée dans un sac de velours, laissant apparaître son fermoir serti de pierres précieuses, parfois transformable en clip. Également mis en lumière dans l’exposition, peignes, poudriers, petits sacs, boîtes à pilules ou à cigarettes illustrent la créativité et le savoir-faire de Van Cleef & Arpels. Fidèles aux tendances, ces objets précieux témoignent de l’évolution du choix des matières et des sources d’inspiration au fil des décennies. Ainsi, dans les années 1950, l’or jaune est texturé comme l’osier afin d’accompagner la moire d’une robe du soir. Sertis de cabochons de pierres multicolores, les sacs du soir de la fin des années 1960 évoquent, quant à eux, l’Inde visitée par les frères Arpels à la même époque. On les imagine portés par Elizabeth Taylor ou Talitha Getty

Souvent, ces objets raffinés recèlent une part de mystère et de secret. Sur le sommet d’un flacon à parfum se cache un cadran de montre permettant de regarder l’heure discrètement, comme le veut la bienséance des années 1930. Le poudrier-enveloppe de 1922 ressemble à une lettre d’amour que l’on prendrait soin d’ouvrir à l’abri des regards. Présentés aux côtés de dessins et publicités, ces accessoires joailliers évoquent les gestes et rituels de leur époque, tout en reflétant la richesse des créations Van Cleef & Arpels.

Informations pratiques :VCA1

Boutique Van Cleef & Arpels
Salon Patrimoine
20, place Vendôme
75001 Paris
Du 22 janvier au 18 mars 2018
Du lundi au samedi de 11h à 19h
www.vancleefarpels.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.