Dès que l’on pose le pied à l’Hôtel Belles Rives, on n’a plus envie de quitter cet établissement chargé d’Histoire… et tout de suite nous viennent en mémoire les fameux vers de Lamartine dans son poème Le lac:

Ô temps! suspends ton vol, et vous, heures propices! –

Suspendez votre cours: – Laissez-nous savourer les rapides délices –

Des plus beaux de nos jours!

L’heureuse propriétaire Marianne Estène-Chauvin a su garder intact le charme intemporel des lieux mais l’arrivée récente de son fils Antoine insuffle un virage tout en douceur vers la modernité sans oublier les fondamentaux le luxe, le calme et la volupté…

Cet hôtel mythique — faisant partie des Small Luxury Hotels of the World — est un écrin élégant pour passer un séjour de rêve au bord de la Méditerranée. La terrasse extérieure est sans conteste la plus courue de la Côte d’Azur encadrant l’Estérel et les îles de Lérins! C’est l’histoire d’une demeure qui a accueilli un grand nombre d’hôtes prestigieux, de Scott Fitzgerald à Rudolph Valentino, Picasso, Jean Cocteau, Maurice Chevalier, Hemingway, Mistinguett, Ray Charles, Edith Piaf, Jean d’Ormesson… plus récemment Mick Jagger, George Clooney, Simon Baker, Alain Ducasse, Sting ou Woody Allen…

La Suite Zelda DR.

C’est ici en 1925 dans une demeure dénommée Villa Saint-Louis, dans une anse du Cap d’Antibes, que Zelda et Francis Scott Fitzgerald s’aimèrent et se déchirèrent avec passion. Il y écrira son chef-d’œuvre Tendre est la nuit. Le romancier américain de la «génération perdue», foudroyée par la première Guerre mondiale, et sa muse en feront le rendez-vous incontournable de la jet-set de l’époque. C’est en 1929 que cette villa devient l’Hôtel Belles Rives avec l’arrivée de Boma Estène qui succède aux Fitzgerald et métamorphose la Villa en premier hôtel ayant «les pieds dans l’eau» de la Côte d’Azur! En 2001, Marianne Estène-Chauvin, petite-fille de Boma et Simone Estène, fait l’acquisition du Belles Rives auprès des membres de sa famille et la saga familiale continue… En 2002, le Belles Rives est inscrit à l’Inventaire des Monuments historiques pour son architecture, son décor et son mobilier des années 30 ; le Bar Fitzgerald est classé parmi les Cafés Historiques et Patrimoniaux d’Europe.

Le piano-bar Fitzgerald © Corinne Sadaune

Le piano-bar Fitzgerald

Il faut y aller pour boire un délicieux cocktail du chef barman sur la terrasse panoramique dévoilant de somptueux couchers de soleil avec une vue paradisiaque sur les îles de Lérins et l’Estérel… S’il règne un peu de fraîcheur ce jour-là, on s’installe à l’intérieur de ce Café historique et Patrimonial d’Europe pour s’asseoir confortablement sur l’un des fauteuils club et profiter de l’ambiance Art déco avec le mobilier d’origine des années 1920 et ses lustres à pampilles. On se laisse tenter par le Fitzgerald 85, cocktail Signature créé à l’occasion des 85 ans de l’hôtel  avec champagne & vodka, liqueur de grenade et liqueur de mandarine Napoléon.

La plage Belles Rives

Ce lieu magique, féerique est le décor du chef–d’œuvre de Francis Scott Fitzgerald Tendre est la nuit, un lieu empreint de sérénité et de poésie: sable fin, transats et un restaurant les pieds dans l’eau pour savourer salade niçoise ou poissons tout juste pêchés: Saint-Pierre, Loup, dorades grillés, ceviche de Saint-Jacques… Le ponton dispose d’un embarcadère privé d’où l’on peut prendre des cours de ski nautique! C’est un lieu propice pour lire ou relire Tendre est la nuit!

le ponton. © Corinne Sadaune

Le restaurant étoilé La Passagère

Le restaurant gastronomique (1 étoile Michelin) dévoile une gracieuse architecture, des fresques Art déco d’origine et un jeu de miroirs en kaléidoscope. On aime ses grandes baies vitrées donnant sur la terrasse ombragée de parasols. Le chef Aurélien Véquaud y officie pour le plus grand bonheur des épicuriens en sublimant le terroir méditerranéen. Ce jour-là, on a savouré une Purée de carotte au yuzu (nuage vanillé, croustillant de pomme de terre au gingembre) suivi d’un Esquinado (en raviole ouverte, caviar platine, écume au romarin) et d’un Rouget d’anthologie (brûlé à la flamme, consommé de roche à la citronnelle). A tomber par terre de bonheur ! On succombe ensuite à deux desserts, les Fraises du marché d’Antibes (marinées à la fleur de cerisier, coque de meringue glacée à l’aloe vera) et l’exquis Chocolat Kalingo 66% (déclinaison de textures, tubes croustillants, glace de poivre au Timut)… Pour terminer en pure gourmandise par un panier de bugnes, tout juste sortis du four, à l’heure du café !

Belles Rives, le restaurant La Passagère DR.

L’exquis Chocolat Kalingo 66% au restaurant étoilé La Passagère © Corinne Sadaune

La douceur à goûter sans faute, la Rose Belles Rives

Plaisir de l’œil tout d’abord en contemplant cette splendide rose parsemée de paillettes d’or, gâteau signature du chef Pâtissier Steve Moracchini. Plaisir des papilles ensuite en dévorant cet étonnant dessert aérien fait d’une rose en pâte d’amande modelée à la main, en son cœur: une mousse de litchi & un confit de framboise!

Le dessert Signature la Rose Belles Rives © Corinne Sadaune

Première édition du Bal Meilland® le 22 septembre

Suite au lancement de la rose Belles Rives en décembre 2017, cet événement glamour — et fédérateur autour du patrimoine local: le parfum — met en place un dîner caricatif réunissant quelque 200 convives pour soutenir l’ONG internationale Elise-Care. Sa présidente Elise Boghossiana (Fond de Soutien des Nations Unies 2018) a pour projet la création d’un «Centre des survivants» en zones de conflit au Moyen-Orient.

 

Carnet de route

Hôtel Belles Rives***** – 33 Boulevard Edouard Baudoin 06160 Juan-Les-Pins Cap d’Antibes. Tél: 04.93.61.02.19. http://www.bellesrives.com/fr/

Belles Rives – La terrasse La Passagère DR.

La Suite Zelda DR.

La superbe vue de ma chambre © Corinne Sadaune

Le bel éventail de l’hôtel © Corinne Sadaune

Le restaurant étoilé La Passagère © Corinne Sadaune

Les délicieux Bugnes © Corinne Sadaune

La Plaque sur le mur de l’établissement © Corinne Sadaune

L’entrée du piano-bar Fitzgerald © Corinne Sadaune

© Corinne Sadaune

Présentation des poissons au restaurant, les pieds dans l’eau, © Corinne Sadaune

Détail du hall © Corinne Sadaune