L’histoire :

Après la défaite de Waterloo et l’exil de Napoléon, Wellington et les troupes coalisées sont dans Paris. La révolte gronde. Qui va gouverner le pays? Le 6 juillet 1815 au soir, les «faiseurs de rois» Fouché et Talleyrand se retrouvent lors d’un souper pour décider du régime à donner à la France. Si le premier souhaite une République, le second envisage le retour des Bourbons. Aucun des deux ne peut agir sans l’autre. Commence alors une négociation entre deux hommes puissants qui se détestent, mais que les circonstances historiques condamnent à s’entendre.

Notre avis:

Si vous êtes à la recherche d’une pièce intelligente et brillante, ne cherchez plus et foncez au Théâtre de Poche. On y assiste à la rencontre des deux plus puissants personnages de ce temps-là avec Daniel Mesguich — le père — qui interprète Talleyrand, tandis que William — le fils — campe le personnage de Fouché. Le Souper est bien sûr une œuvre d’imagination car personne n’a été le témoin, de cette conversation secrète, au lendemain de Waterloo, entre le «Diable boiteux» et le duc policier. Pourtant les dialogues étincelants, les phrases célèbres comme les autres, pourraient être signées à la fois de Talleyrand — à propos de citation, je ne peux m’empêcher de citer Napoléon sur le diplomate: «Monsieur, vous n’êtes que de la merde dans un bas de soie.» — et de Fouché. C’est pourquoi dans ce huis-clos intimiste, on est hypnotisés par le jeu sublime des comédiens… on a vraiment le sentiment d’assister à ce souper et aux deux visions politiques et sociétales qui opposent les deux hommes. Bravo aussi au magnifique jeu de lumière apporté par de véritables bougies sur scène!

William Mesguich, alter ego de Fouché: «Le Souper est un duel rhétorique et politique de très haute volée. Talleyrand et Fouché sont les deux faces d’une langue ciselée dans le marbre de l’éloquence. Ils sont aussi, tels Janus, deux portes d’entrée possibles pour l’avenir de la France. Comment conduire les affaires de ce pays déchiré par les luttes intestines, comment panser la plaie, liée à l’exil napoléonien et à la guerre. Restauration, ou marche vers une république ?…»

Dépêchez-vous d’aller voir cette pièce extraordinaire, aux textes finement ciselés, c’est jusqu’au 4 mars!

De Jean-Claude Brisville. Mise en scène Daniel et William Mesguich. Distribution: Daniel Mesguich, Talleyrand, William Mesguich, Fouché. Costumes: Dominique Louis.

Théâtre de Poche, 75 Bd du Montparnasse 75006 Paris. Du mardi au samedi 21h. Dimanche 15h. Jusqu’au 4 mars 2018. Réservations: 01 45 44 50 21.

www.theatredepoche-montparnasse.com/

LE SOUPER. Mise en scene de Daniel et William Mesguich
© Pascal Gely

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.