christopheclaret_marguerite-sertie_rectoverso_200-230_a4_300dpi_rvb_fb_he-loves-me-passionately-1

Dévoilée en 2015 à Baselworld, la montre Marguerite de la manufacture Christophe Claret nous avait embarqué dans une magnifique émotion horlogère. Ce nouveau modèle la pare de diamants, plus de 600 au total. A l’audace de ce mécanisme teinté de romantisme, Christophe Claret ajoute celle de l’esthétique du boîtier, il n’en fallait pas plus pour nous charmer.


Il y a mille façons d’aimer et autant de manières de le dire. Il y a mille langages pour saluer la fuite du temps et rendre chaque instant précieux et unique, infiniment… Pour les femmes, et seulement pour elles, Christophe Claret n’en choisit qu’un seul. Celui du romantisme.  Poétique, mue par un singulier sens du jeu et de l’illusion, Marguerite s’inscrit dans la lignée de la Margot, le tout premier modèle féminin de Christophe Claret.

christopheclaret_marguerite-sertie_rectoverso_200-230_a4_300dpi_rvb_fb_he-loves-me-passionately-2Une création qui confirme la volonté de la maison horlogère de donner corps à une collection féminine à part entière, composée de complications exclusivement dédiées aux dames.

Au cœur de cette fable horlogère, deux graciles papillons virevoltent autour d’une marguerite dont les pétales sertis de plus de 220 diamants se chevauchent afin de reproduire ceux d’une vraie fleur. Pour escorter joyeusement la course du temps, Christophe Claret a en effet invité deux papillons teintés de Super-LumiNova de couleur orange. Le plus foncé, symbolisant la femelle, est posé sur un pétale de la marguerite qui entre en rotation toutes les heures. Le plus clair, incarnant le mâle, indique quant à lui les minutes. Posé au bout d’une tige solidaire du précieux pistil en rubis, il papillonne littéralement autour du cadran en nacre blanche.

christopheclaret_marguerite-sertie_rectoverso_200-230_a4_300dpi_rvb_fb_he-loves-me-passionately

L’enchantement visuel ne s’arrête pas là. Montre romantique par excellence, Marguerite fait de la passion amoureuse un sujet de rêverie intime. Outre l’indication des chiffres arabes 3, 6 et 9, le cadran présente un deuxième affichage. Sur une simple pression du poussoir situé à 2h, les chiffres s’éclipsent pour laisser apparaître la phrase « Il m’aime passionnément ». Ce message peut être personnalisé via un configurateur sur le site internet de la marque. La montre peut afficher n’importe quel message demandé par l’acquéreur, dans la langue désirée, le nombre de caractères étant limité. Pour mettre au point ce jeu d’illusion, Christophe Claret s’est inspiré du célèbre tour de magie « Wow !! ». A l’image de ce tour jamais intégré dans une montre, le changement entre les deux affichages est réalisé grâce à la superposition de deux disques : le disque supérieur mobile en saphir transparent métallisé d’une mosaïque de carrés entre en rotation sur le disque inférieur fixe en nacre blanche sur lequel est décalquée, en noir, une autre mosaïque intégrant le texte et les chiffres. En relâchant le poussoir, le retour à l’affichage des chiffres des heures s’effectue instantanément.

christopheclaret_marguerite-sertie_rectoverso_200-230_a4_300dpi_rvb_fb_he-loves-me-passionately-2

Parce que Christophe Claret excelle dans l’art mécanique, la montre Marguerite est équipée d’un mouvement manufacture à remontage automatique dont le double barillet offre une impressionnante réserve de marche de 72 heures. Le fond saphir du boîtier donne à admirer la masse oscillante du mouvement sculptée telle une marguerite et sertie de huit rubis. La propriétaire peut à l’envi s’adonner au jeu « He loves me… he loves me not », version anglophone simplifiée de l’effeuillage de la marguerite, cette distraction typiquement féminine inventée au Moyen-Age. Pour jouer, il suffit de positionner la montre à l’horizontal et d’effectuer un ou deux mouvements ondulatoires. La masse oscillante tourne alors quelques instants avant de s’immobiliser. Le rubis le plus proche du cœur laqué rouge délivre la réponse – « yes » ou « no », au centre.

Pour plus d’informations sur la Manufacture, rendez-vous sur son site internet.

CHRISTOPHE CLARET

 

Thomas Bergen

Post a comment