PARIS FASHION WEEK SS14

La Ménagerie de verre, point de départ revendiqué de la collection Printemps-Eté 2014 de ROCHAS.

 

Fidèle à sa conception de ROCHAS, le directeur artistique Marco Zanini s’est laissé guider, comme à l’accoutumée, par son amour des matières. Un travail d’une profondeur et d’une précision technique inimaginables a été réalisé, littéralement inspiré par le titre évocateur de l’œuvre de Tennessee Williams. Cristal, verre, givre et eau sont les éléments à l’origine du processus créatif de cette saison.

Au nom de la beauté, Marco Zanini a fait appel à de vénérables maisons de textiles françaises et italiennes, et présenté un travail d’une modernité absolue en traitant, superposant, et repensant les matières. Pour un public non averti, le résultat surprend – les tissus brillent d’une beauté inédite.

Le satin duchesse de soie se marie à l’organza. Des roses de velours patiné, peintes à la main, ont été parsemées à l’envi. Du Nigel, une fibre technique réfléchissante, semblable à des cheveux d’ange, a également été utilisé. Tantôt mêlé au velours, tantôt fusionné à l’organza, il ajoute une touche étincelante – un manteau cédrat a l’éclat du cristal électrifié. Des cristaux Swarovski thermocollés ont été ajoutés çà et là, y compris sur l’organza délicat des chemisiers et des tee-shirts.

De la dentelle givrée, doublée ton sur ton, d’une légèreté aérienne, se révèle subtilement transparente. Les jupes crème, laquées, bouffantes, brillent comme du sucre glace au soleil. Les couleurs semblent tout droit sorties d’un rêve, saupoudrées d’un soupçon d’or. Présentées ensemble, les pièces scintillent et ondulent tels des reflets lumineux à la surface de l’eau. L’œil papillonne, épousant les coupes et les volumes.

Certains boutons sont en verre taillé, d’autres en perles de cristal. Tout est dans la silhouette : jupes courtes, tops texturés, manteaux aux lignes épurées, robes de soirée tout en volume, robes droites déstructurées, jupons vaporeux. Les longueurs caressent souvent la cheville ou le mollet. La matière inspire la coupe et inversement.

Les souliers sont d’une diversité et d’une excentricité extrêmes – tantôt plats, tantôt vertigineux, parfois ornés de boucles en crocodile, de cristaux ou de plumes d’autruche.

Chaque pièce est pluridimensionnelle et résolument féminine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.