Laissez-moi vous conter le fabuleux destin du château de Môh. Il était une fois la résidence d’été des archevêques de Tours … ou plutôt : il était une fois les ruines d’un château du XVe siècle. Son origine remonte à 1490. Remodelé au fil des siècles et reconstruit en 1820, ce petit paradis artistique et architectural, à l’esprit décalé, jouxte une collégiale du XIIe siècle.

Sur les ruines du château a ainsi été bâtie une des plus belles propriétés du Val de Loire, dont jouissaient les ecclésiastiques réputés du Moyen Âge. Cette résidence des archevêques de Tours, avec son pressoir à vins et ses terrasses , domine le très beau village à Candes-Saint-Martin, à la confluence de la Vienne et de la Loire. Lieu insolite et unique, le Château Neuf de Candes, avec sa grande cour au style épuré et moderne, surplombe la Loire au cœur de ce village médiéval. (Des salles troglodytes y sont également proposées aux séminaires d’entreprises). À l’origine, le Château Neuf de Candes, son parc et sa terrasse au panorama exceptionnel, bénéficiaient d’une forêt devenue aujourd’hui lieu d’expression de l’art contemporain.



Le magnifique village de Candes offre également un cadre et une sérénité architecturale indéniables. d’une belle collaboration entre la municipalité et les personnalités de la région, le Château de Môh (du nom de la statue du gorille qui orne la cour) a été donc repris il y a 12 ans.

Les actuels propriétaires, couple d’aventuriers entrepreneurs,  spécialistes de l’hôtellerie de luxe, offrent ici un hébergement haut de gamme avec suites et lofts.

Monique Pignet
Monique Pignet

Monique et Didier Pignet ont ainsi su recréer un superbe château de charme, patrimoine architectural et historique à Candes. Né d’une rencontre entre une enseignante en langue et un gestionnaire parisien, leur concept hors du temps a été créé avec passion, tout comme leur propriété de Saint Barth, il y a plus de 20 ans.

Ces grands collectionneurs ont également fait construire six chalets au Québec près du Saint-Laurent, dans un esprit de simplicité et d’authenticité. Ce couple de bâtisseurs aime en effet casser les codes et promouvoir l’art vivant des artistes underground. Surplombant le village, avec une piscine chauffée dans son jardin potager, son sauna dans l’ancienne orangerie, le château propose donc un circuit artistique au travers de son parc Street Art. Ce parc urbain de 5 ha s’inscrit ainsi définitivement dans l’histoire artistique du village.



Au milieu des cèdres et des ifs, ce Street Art Park résulte, musée d’art éphémère à ciel ouvert,  est né de la collaboration et du talent d’un ancien responsable des expositions du Palais de Tokyo de Paris: Fabrice Claval. Une vingtaine d’artistes ont ainsi participé, depuis son ouverture en été 2019, au Street Art Park de Candes Saint Martin. Les propriétaires, collectionneurs depuis 20 ans, ont ainsi réuni une petite dizaine d’artistes afin de créer ce parc dans le village. Ils offrent également des gites de prestige – pour les amoureux des vieilles pierres et de l’histoire – dominés par la mascotte, le gorille Môh.


Ce nouveau lieu consacré à l’art urbain propose la juxtaposition de l’art contemporain et du végétal: un mariage réussi de l’art, de la nature, du patrimoine et de la création contemporaine. Les artistes du Street Art insufflent à ce lieu leur énergie personnelle et s’adaptent à la nature forestière.

Les propriétaires du Château de Môh & Fabrice Claval, responsable artistique du parc, ont invité ici plus de 20 artistes à créer sur des supports dispersés dans le parc du château. En un mois, les 23 artistes ont ainsi réalisé au Château de Môh une quarantaine d’œuvres en 2019 et 2020.

Parcourir le Street Art Park c’est découvrir, sentir, ressentir la sensibilité artistique qui se dégage de ce lieu.

Le Street Art Parc ré-ouvre le 15 mai 2021 — chateaudecandes



À découvrir ou redécouvrir aux alentours : le Château de Montsoreau, dans un des plus beaux villages de France, en Val de Loire, patrimoine mondial de l’Unesco et son Musée d’art contemporain. Surplombant la Loire, il a été construit sur les vestiges du XIème siècle du castrum Monte Sorello, mentionné dans un document de 1089. Son nom fait allusion au coteau qui domine le confluent de la Vienne et de la Loire.

Au début du XIème siècle, la seigneurie de Montsoreau était un point stratégique militaire sur le fleuve. La forteresse de Monte Sorello appartenait à Gautier de Montsoreau, qui donna en 1101 des terres pour édifier l’Abbaye de Fontevraud. Jean II de Chambes, Conseiller privé du roi Charles VII, fait construire le Château de Montsoreau dans les années 1450, une soixantaine d’années avant les autres châteaux de la Loire.

La construction du château qui dure une dizaine d’années, avec 45 fenêtres à croisées,  25 cheminées et une attention portée à l’hygiène et au confort, marque le passage de l’architecture militaire à l’architecture de plaisance.

Deux tours carrées encadrent le corps de logis,  choix avant-gardiste et préfigurent les pavillons d’angle qui seront construits plus tard. Le château contrôle la navigation sur la Loire. Ses terrasses (35 mètres de haut) desquelles on peut aujourd’hui admirer la vue sur la confluence de la Vienne et de la Loire sont les vestiges de l’ancien chemin de ronde effondré au XIXème siècle.

C’est le mariage de Jeanne Chabot avec Jean II de Chambes qui fait entrer le Château de Montsoreau dans la grande Histoire de France. Homme de pouvoir, diplomate (ambassadeur de Venise et de Turquie), il exerce une influence indéniable auprès du Roi et reçoit, à la Renaissance, de nombreux rois et reines (Louis XI en 1471, Anne de Bretagne et sa fille Claude de France en 1505, François Ier en 1508).


François Rabelais est né en 1483 à 15 kilomètres de Montsoreau. Il y aurait passé ses premières années et y situe l’histoire de Gargantua.


De la moitié du XVe siècle jusqu’au début du XVIème, les enfants de Jean II embellissent le château ; mais le XVIIème siècle voit le déclin de Montsoreau. René de Chambes, condamné à mort pour fausse monnaie et faux sel, s’exile en Angleterre jusqu’à la fin de ses jours. Après la Révolution française, le château est mis en vente puis occupé par dix-neuf propriétaires et se trouve à la fin du XIXème siècle dans un état de délabrement avancé. Le département du Maine-et-Loire acquiert en 1910 le château et entreprend de grandes campagnes de restauration en 1923 et en 1997.



Par son architecture avant-gardiste et son lien fort avec le fleuve, le Château de Montsoreau inspire les artistes à travers les siècles, de Rodin à Turner, Flaubert, Rabelais et Alexandre Dumas.


Turner et Rodin, comme de nombreux artistes, furent fascinés par l’esthétique romantique du château.


Dans l’aquarelle conservée à l’Ashmolean Museum, Turner a représenté une vue de la confluence entre la Loire et la Vienne. Elle a été réalisée en 1832 lors de son voyage en Val-de-Loire. On aperçoit au loin le clocher de la collégiale de Candes Saint Martin et le château de Montsoreau avec son port  (restauré et rouvert à la navigation depuis 2017). Vers 1897, Auguste Rodin, admiratif de l’architecture du château, dessine une vue de la façade de l’édifice tel qu’elle l’était à la Renaissance.


En 1846, le roman d’Alexandre Dumas “La Dame de Monsoreau”, s’inscrit dans une trilogie sur la Renaissance avec la Reine Margot et les Quarante-Cinq.


En mai 1847, Gustave Flaubert effectue un voyage en Val-de-Loire et publie un carnet de voyage intitulé “Par les champs et par les grèves” : « A Montsoreau … c’était pour nous un de ces jours qui font aimer la vie ».


A tester :Le restaurant panoramique  JEAN 2, ses fameuses frites et ses fabuleux desserts, à déguster en admirant la Loire. Nommé JEAN 2 en hommage à Jean II de Chambes, le restaurant se décline en bas avec une salle voutée, un coin bibliothèque et au dessus avec la terrasse du restaurant, l’une des plus belles du Val-de-Loire. Le JEAN 2 propose une cuisine de saison avec une sélection de vins et de mets locaux « faits maison » à partir de produits bio et frais. La terrasse du restaurant offre ainsi une vue imprenable sur les couchers de soleil sur la Loire : l’endroit idéal pour se détendre avant ou après la visite ou les expositions du Château.


tourainevacances.comchateau-montsoreau.com


Corinne Elgosi