sp-masque-au-sol-(www.paris-normandie.fr)

EDITO — Elle est très drôle cette ironie au goût amer qui jonche les grandes villes mais aussi les grandes artères commerçantes. À l’heure où tous les grands groupes et toutes les grandes sociétés se vantent de leurs actions contre le réchauffement climatique et la protection de la planète; celles-ci mettent en place depuis la fin du confinement qui a touché l’ensemble du territoire, des politiques de protection du personnel plutôt atypiques et contraires à leurs engagements primaires sur ce sujet.


Un des multiples exemples en est par exemple celui de Sonia* qui travaille pour un grand groupe côté au CAC40. Les mesures dans sa société sont strictes. Le personnel se voit remettre depuis la reprise de son activité deux masques jetables par jour et par employé. Les masques provenant de l’extérieur sont interdits. Pour elle, il s’agit d’une aberration. C’est incohérent de prétendre prendre des mesures écologiques et développement durable alors que le port de masques jetables est imposé par sa société et que l’effectif de son site est supérieur à 1000 personnes. Cela enclencherait une utilisation de 2000 masques non réutilisables et non recyclables par jour et ce, pour une période incertaine et uniquement pour un seul site. Pourquoi ne pas plutôt usiter des masques réutilisables et lavables ? Sonia* n’est pas la seule dans ce cadre et plusieurs entreprises ont dû prendre sûrement cette décision à chaud face à l’urgence sanitaire. Elle ne les blâme pas et les comprend dans l’urgence mais là, il faut agir vers quelque chose de plus éco-friendly et durable très rapidement.

Il en est de même avec Cyril* premier vendeur pour une marque de prêt-à-porter Haut-de-gamme. En plus de sa visière en plastique, sa structure leur impose de changer de masque toutes les 3 heures. Même s’il apprécie le geste, il éprouve une certaine incompréhension vis-à-vis de cette démarche. Pourquoi ne pas proposer une offre plus fashion et durable ? On nous targue à longueur de temps que la mode est l’une des industries les plus polluantes et pour une fois que l’on peut changer les choses et lancer peut-être une collection de masques aux normes demandées qui correspondrait aux attentes de nos clients, on se retrouve, nous les ambassadeurs de marques, avec des masques jetables made-in-China dont la qualité et la protection est très douteuse. Ce même sentiment est partagé par de nombreux salariés tout univers confondu.

Ce qui choque Rita*; travaillant dans une boutique de vente de maroquinerie de la Butte Montmartre: c’est la prolifération des masques jetés au sol mais pas que. Toutes les protections jetables se retrouvent dans la rue et les espaces végétalisés. Une véritablement déception pour elle qui a lutté il y a cinq ans pour que sa boutique abandonne l’usage des sacs plastiques. Ce n’est pas parce que les Français ont découvert l’usage des masques sur le tard qu’on est obligé d’en subir les conséquences sous une nouvelle forme de pollution.


La rédaction partage le point de vue de ces acteurs de la vie de tous les jours. Il est vrai que la vie masquée est quelque chose de nouveau pour nous tous, cependant apprenons à usiter avec cohérence ces nouvelles habitudes. Nous avons remarqué également des ports du masque dans les transports ou dans les trains assez invraisemblables comme celui de laisser apparaître son nez ou encore enlever son masque pour parler puis le remettre. On perd tous les effets bénéfiques du masque tout en rendant ses effets vains. De plus, jeter les masques ou toutes autres protections dans la rue, dans les espaces publics ou autres ne devrait pas se faire en raison de la possibilité du risque infectieux. On s’est questionné sur le pourquoi du jeter dans la rue. L’un des éléments de réponse se retrouve lié au caractère “jetable” du dit produit. Peut-être que si la grande distribution et tous les acteurs du prêt-à-porter se lançaient dans des collections de masques de protection certifiés, plus mode mais surtout lavables, leurs utilisateurs en prendraient plus soin. Ce n’est qu’une piste mais espérons que tous ces nouveaux usages trouveront bientôt une cohérence avec le respect environnemental.


Beaucoup de créateurs se sont lancés pendant le confinement dans la conception de masques de protection lavables et réutilisables que ce soit en France, en Europe mais aussi en dehors.

En voici un petit échantillonnage 



Le Slip FrançaisMaria AristidouBlumkine Paris


*Tous les prénoms ont été modifiés par soucis d’anonymat