Portrait Maurice Renoma

Son univers est riche, envoûtant, et un brin délirant. Designer de mode culte, qui attira dans sa boutique des légendes telles que Lennon, Dylan, Gainsbourg, mais aussi Dali, Picasso et Warhol (pour ne citer qu’eux), il est doublé d’un grand talent de photographe. Il se qualifie de «Modographe». Un néologisme totalement inventé par lequel il se définit lui-même. Né dans la famille du tailleur et confectionneur Simon Cressy, Maurice Renoma grandit dans l’appartement familial qui fait aussi office d’atelier de confection.

«Mon meilleur souvenir d’enfance, se souvient-il, c’était le bruit de la machine à coudre. Les morceaux de craie et les bouts de tissu qui traînaient ça et là…»

Dès l’âge de 15 ans, la veine créative pousse Maurice à la confection de vêtements en suédine et en loden, dans un style typiquement anglais, et très en avance pour son époque.

«Quand je débutais, se souvient-il, la mode était encore très rigide. Le design de mode n’existait pas. C’était encore du sur-mesure. Ce n’est que plus tard, dans les années 1960, avec l’apparition des matières issues du pétrole et du plastique, que ça a commencé à bouger.»


Maurice Renoma, le «Modographe»


Boutique Maurice Renoma


Maurice Renoma et l’Americomania


En 1963, âgé alors de 23 ans, il ouvre sa boutique sous le nom de White House Renoma. Pourquoi «White House»?

«J’appartiens à la génération d’après-guerre qui voulait oublier les malheurs, la misère, et souhaitait tout reconstruire, tout repenser. L’Amérique était, pour nous, un pays rêvé. Nous raffolions de ses gigantesques espaces, sa nature, ses westerns, ses cowboys… c’était un pays de voyages, de liberté ! En comparaison, l’Europe nous semblait petite et si fermée. Quant à la France, elle était tout simplement rikiki, son territoire étant aussi étroit que son esprit. Ça ne faisait pas vraiment rêver.»


Maurice Renoma Boutique


Pour Maurice Renoma, la mode est une forme d’art qui mérite l’expression originale. Le but, c’est de se démarquer, d’où l’utilisation des matières inédites et de couleurs franches combinées aux coupes sculpturales. Bousculant les standards, le style de la maison Renoma fait mouche : vestes cintrées à larges revers, aux fentes profondes, aux épaules droites associées à un pantalon coupe droite, taille basse… ou encore ses blazers en drap militaire, ses costumes cintrés en velours vert, grenat et violine.

Bien que le succès soit au rendez-vous, sa vision de la mode dépasse le cadre du vêtement.

«Ma maison ne s’est jamais arrêtée qu’aux vêtements. J’ai toujours travaillé une sorte de concept basé sur la réflexion. Il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers. Il faut progresser, se réinventer sans cesse.»

Désirant aller au-delà du stricte cadre de la mode, Maurice Renoma transforme sa boutique en concept store et créé une ambiance, un lifestyle. Sa boutique devient alors le lieu incontournable d’une mode inédite et sans conventions, fréquentée par la jeunesse parisienne branchée ainsi que par les personnalités politiques et artistiques du tout Paris. La marque Renoma se fait connaître bien au-delà des frontières françaises.


Bain de foule ©Maurice Renona
Bain de foule ©Maurice Renona

Maurice Renoma a cette chance inouïe et le privilège de traverser plusieurs époques très différentes et riches en création. Avec le recul, il admet que la créativité a toujours été présente, et ce, quelque fut la période. «Je dirais qu’aujourd’hui il y a même davantage de possibilités car la création a évolué et ne s’attache pas uniquement à la mode. Dans notre métier, il faut prouver  chaque jour quelque chose. Les autres peuvent prendre leur retraite, nous – jamais», sourit-il.


Le secret de sa longévité ?


«La notion du temps n’existe pas pour moi. Ma maison de mode est là depuis soixante ans, ma maison de campagne a quarante ans… je suis peut-être assez conservateur ! J’ai besoin d’une certaine stabilité pour pouvoir me déstabiliser !» plaisante le designer.

Jongler avec les univers et les ambiances a toujours fait partie de sa philosophie. Ainsi, dans les années 1980, Maurice Renoma se lance dans la photo.  Pourquoi ? Sa réponse est pour le moins surprenante :

«Vous savez, dans la mode c’est comme au cinéma, il y a un scénario à interpréter. Et parfois, souvent même, l’acteur et le réalisateur ne l’interprètent pas de la même manière… Il arrivait souvent qu’il soit compliqué d’expliquer à un photographe ce que je voulais exactement comme mise en scène pour mes vêtements. J’ai donc décidé de photographier mes collections moi-même, ce n’était pas si difficile et surtout, ça faisait gagner du temps. C’était beaucoup plus facile et plus rapide, explique-t-il, avant d’ajouter, ironique : Je n’allais pas vendre des cravates toute ma vie !»

La photographie devient très vite une véritable passion, qui ajoute une touche arty supplémentaire au concept Renoma. «J’ai eu de la chance : je me suis lancé dans la photo à l’ère digitale. J’ai passé quelques années avec de l’argentique. Faire de la photo, ce n’est pas difficile. Ce qui est bien plus compliqué, c’est de choisir le meilleur cliché, de le recadrer…» C’est ainsi que naquît le néologisme «modographie», dont Maurice Renoma est le représentant par excellence.


Un poisson dans l'eau ¢Lucy+Jorge Orta
Un poisson dans l’eau ¢Lucy+Jorge Orta

Depuis 1993, il expose ses photographies en France et dans le monde entier.
Sa dernière exposition photographique et multimédia de cette année, intitulée «Mythologies du Poisson Rouge», est réalisée à partir de matériaux de récupération et dénonce la pollution planétaire due à la société consumériste actuelle. L’idée de cette exposition lui est venue en 2018, mais elle tombe à pic vis-à-vis de la situation que nous vivons actuellement, celle de la crise sanitaire.

«Je suis un réaliste optimiste, explique Maurice Renoma. On se demande, bien sûr ce qu’on a fait au bon dieu pour avoir ce virus ? Mais tout ce qui nous arrive, en quelque sorte, nous le méritons.»

Avant d’ajouter : «Je pense qu’aujourd’hui les gens souffrent plus de la peur que de la Covid. Certains deviennent paranoïaques. Pourtant, Nous ne sommes pas en guerre ! Les personnes âgées et fragiles doivent prendre soin d’elles, je suis d’accord, mais les jeunes – il faut qu’ils vivent leur vie ! Il faut qu’ils s’éclatent !»


Maurice Renoma Portrait


Et la mode ? Quel avenir voit-il, ce visionnaire qui a toujours été en avance sur son époque ?

«Tout d’abord, la réduction de la consommation ! assure Maurice Renoma. Aujourd’hui, on a d’énormes quantités de vêtements et de chaussure dont on n’a pas vraiment besoin. Notre génération a eu la chance d’avoir peu de choses, ce qui nous a appris à apprécier la qualité.»

Pour lui, le retour à la qualité est inévitable et indispensable. Avoir moins de choses mais qui durent dans le temps, voilà le nouveau slogan que la mode doit adopter. Mais pas seulement, chacun doit prendre sa responsabilité étique et écologique, car notre petite planète bleu, c’est notre maison.

Ira de PUIFF


Maurice Renoma – Site internet Boutique 129 bis Rue de la Pompe 75116 Paris 

Tel: +33 1 44 05 38 25